Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 00:38

 

HIMYM robin

Le célibat, une maladie qui touche tout le monde...

Et son remède le plus célèbre : la bouteille de rouge qu'on se siffle sous le bureau.

source.

 

La saison 7 de How I met your mother connaît, comme beaucoup de séries à ce niveau de diffusion, une certaine baisse de régime. Il est difficile d'évaluer globalement une saison. On peut se souvenir d'un final, d'un bon début de saison... Mais dans le cas de HIMYM saison 7, on peut au moins dire qu'on est fatigués d'attendre la révélation, d'attendre de découvrir qui sera la future femme de Ted Mosby. Même Lost a su éteindre notre enthousiasme une saison plus tôt. C'est en soi un miracle qu'on reste aussi longtemps branché sur une sitcom, avec si peu de personnages. Mais il suffit parfois d'un épisode pour relancer l'enthousiasme : l'épisode 3 de la saison 7, qu'on peut assez vite repérer comme un classique de la série (parce qu'il en résume très bien les codes, et parce qu'il est explicatif de tout le fonctionnement de la série).

A l'origine de tout ça, il y a d'abord eu le souci des scénaristes de très vite gonfler le casting. Les personnages initiaux sont au nombre de cinq : Ted, Marshall, Lily, Barney et Robin. Et jusqu'à présent... aucun autre personnage secondaire ne venait troubler les schémas comportementaux établis. Il y a eu une timide tentative, avec la dernière petite amie de Ted, Zoey, qui s'est terminée précipitamment, en déportant l'action ailleurs que sur le groupe. 

 

HIMYM robin ted

Couple dysfonctionnel numéro 1. Ted et Robin. source.

 

Mais cette fois-ci, deux nouveaux personnages sont arrivés, chacun justifié par une relation amoureuse avec l'un des membres du groupe : Robin a trouvé l'amour avec son psy Kevin, et Barney a rencontré Nora. La rapidité de leur attachement a de quoi surprendre quand on sait que Robin et Barney étaient supposés être les deux personnages sentimentalement les plus dysfonctionnels, et que la mise à l'épreuve des couples se produit généralement sur plusieurs saisons. La saison 7 risque de n'être que l'avant-dernière saison de HIMYM, mais il y a de toute évidence un petit vent d'urgence qui souffle sur le show.

Autant dire qu'on peut maintenant supposer que les scénaristes penchent sur un bouclage de la série, et avancer une hypothèse sur la fin de la série elle-même. Du moins, une idée de fin a-t-elle été avancée par un personnage de la série elle-même. Au cours de l'épisode 3 de la saison 7, Ted rencontre une ex, Victoria (dernier personnage féminin sur lequel portait la suspicion d'être la fameuse future épouse de Ted Mosby). Tout un jeu s'engage, d'auto-prophéties étranges. Chacun des personnages veut en effet s'expliquer la rencontre de son ex comme un signe. La conversation démarre étrangement, à la Matrix : 

"Victoria, tu crois au destin ? 

– Je crois que tu vas me faire un grand discours sur le destin. 

– Et tu as raison...."

Bataille d'interprétation, donc. Mieux qu'une dispute d'herméneutes allemands rencontrant des phénoménologues français pendant un colloque de philosophie analytique. Ted voit dans cette rencontre d'abord le signe d'une faute à racheter (puisqu'il avait trompé Victoria tandis qu'elle était en voyage d'études en Allemagne), puis il y voit finalement le signe d'un amour perdu à reconquérir. Victoria voit dans le changement d'interprétation de Ted (et ses avances renouvelées) l'occasion d'éprouver son amour actuel pour l'Allemand qu'elle a rencontré puis aimé. Comme souvent, l'amour à l'américaine est une série de signes à décoder, interpréter, et vérifier – chaque vérification engendrant de nouveaux signes à interpréter...

 

HIMYM barney-and-robin-how-i-met-your-mother

Couple dysfonctionnel numéro 2. Barney et Robin. source.

 

La construction de l'épisode présente l'histoire d'amour de Ted comme une sous-intrigue d'un repas dans un restaurant japonais, où Barney complote pour enfin réussir à voir les seins de Lily. Pendant que Ted débat intérieurement du sens de cette rencontre (et que Robin corrige les flashbacks de Ted), Barney, Lily et Marshall s'évertuent à savoir qui manipule qui. Autrement dit, malgré les sous-intrigues et les flash-backs ou la construction polyphonique de l'épisode, tout le monde entre en résonance jusqu'à la résolution finale de l'épisode, inattendue et paradoxale. Pour ne pas être contrainte de montrer ses seins à Barney suite à un pari idiot, Lily remonte précipitamment son sweat-shirt et fait rater à Barney l'ultime mouvement qui allait lui assurer le gain de son pari... Arrive donc ce qui devait arriver, mais à la suite d'une décision si libre et si imprévisible que le destin lui-même en est trompé.

Le contexte philosophique de l'épisode est ainsi posé : on sait que Ted va rencontrer sa femme bientôt, mais à la suite d'une décision neuve. La liberté consiste donc à savoir pourquoi on fait ce qu'on devait faire, et non à le faire ou non (comme dans Matrix, again). Et justement, ce que Victoria glisse à la fin de sa rencontre avec Ted est décisif, car ce sera son avertissement (redoublé quelques épisodes plus tard par celui de Kevin) qui rend possible d'envisager ce que sera cette décision neuve : Ted va devoir se séparer de ses amis pour vivre le grand amour

Les relations étranges qu'on nouées Ted et Robin (ex, amis et colocataires), où Barney et Robin (également ex et amis) ne laissent aucune place à une nouvelle relation amoureuse, à moins de couper durablement avec eux. Kevin, le psy, fait le même diagnostic au sujet de Robin, qui supporte mal de rester seulement amie avec Barney, son ex. Tout comme le final de la saison 6 (la destruction de l'immeuble que Ted avait passé son temps à portéger), cet épisode semble annoncer une sorte de vérité tragique : pour parachever le sens de l'amitié entre chaque personnage (et parvenir à l'amour), il faut finalement sacrifier cette amitié elle-même. Le déroulement de la série est alors une expérience même d'un doute : et s'il ne fallait pas justement arrêter de regarder HIMYM pour commencer à vivre... à moins que la seule chose bonne soit finalement cette interminable propédeutique à la vraie vie amoureuse qu'est l'amitié – sexuellement ambiguë ?

 

 


 

(et si vous avez l'impression que tout ça est écrit par un trentenaire inquiet du statut qu'on peut légitimement accorder au sex-friend, buddy fucking, et autre fuck friend... vous avez absolument raison)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires