Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 21:23

Si vous en avez marre des vingt six histoires parallèles de Game of Thrones, des lignes narratives inutiles de Dexter, de True Blood et autres séries avortables, il n'y a qu'un remède : un bon vieux retour aux récits linéaires des mangas.

 

Vous pouvez lire la suite sur notre nouveau site www.freakosophy.com

 

 

Trop de pub sur overblog du coup on a déménagé ici - c'est plus beau et toujours gratuit :

 

http://www.freakosophy.com/#!Les-mangas-comme-remède-aux-excès-de-la-narration-arthurienne/c112t/55748af50cf293eac801dba8

Les mangas comme remède aux excès de la narration arthurienne.

Je ne sais pas à partir de quand j'ai cru que le récit arthurien (façon Quête du Saint Graal) devait devenir l'alpha et l'oméga de la narration occidentale. J'ai grandi avec des intrigues simples, droites et répétitives comme une ligne de basse punk, et ça m'allait très bien. Quand les X-Men affrontait Magnéto, ce qui me passionnait était l'espèce de délire graphique supposé représenter les différentes forces en présence. Rayon laser contre champs magnétiques contre foudre et corps métalliques. Quand les chevaliers du zoodiaque se coltinaient un chevalier d'or, on pouvait attendre tranquillement quatre épisodes juste pour chacun des adversaires prennent le temps et la mystérieuse pose nécessaires et expliquent les tenants et aboutissants métaphysiques de leurs pouvoirs.

 

Les séries américaines, quant à elles, multiplient les arc narratifs pour ne pas ennuyer le spectateur. L'épreuve de la coupure pub passée dix minutes est rendue plus facile si vous avez toujours quelques arcs en réserves. Et par ailleurs, elles ont le privilège de pouvoir densifier leur univers à un niveau que le cinéma ne peut pas atteindre.

 

Avec l'usure, les derniers anciennes bonnes séries comme How I Met, True Blood, Dexter and co ont tué le rêve artistique qui consiste à écrire une série bigger than life. Les récits polyphoniques sont toujours complexes, et parfois vains, mais ils ont un défaut plus essentiel encore : on oublie souvent qu'ils prennent place au détriment des personnages. La multiplication des intrigues qui résultent de ces arcs obligent les personnages à participer de mille événements qui ne peuvent faire d'eux que de grands survivants, traumatisés, à la psychologie informe. C'est le syndrome Sookie Stackhouse. Elle a maintenant vu toutes les créatures possibles de l'univers lui sauter dessus, et elle répète à longueur de temps, depuis la saison 4 qu'elle en a marre et qu'elle aimerait juste se reposer. Sookie fait un burn out... elle a raccroché son tablier de serveuse de fait, à force d'absentéisme. A la limite elle devrait demander des allocs à la société des créatures fantastiques de Bontemps. Evidemment au milieu de ces événements qui étouffent les personnages, il y a des trucs marrants.

 

L'épisode 6 de la saison 6 de True Blood n'a par exemple d'intérêt que parce que Sookie fait ce truc un peu vicieux avec Warlow en lui attachant les poignets et en lui sautant dessus pour s'empaller sur sa virilité au beau milieu d'un cimetière de fées. Ce sont ces quelques scènes qui donnent de l'intérêt à True Blood, quand une métaphore de l'existence humaine pouvait soudain apparaître à travers quelques effets spéciaux et des décors super maîtrisés. Mais dans tous les cas, les personnages n'ont désormais plus d'intérêt par eux-mêmes. Ils ont été brisés par la succession d'événements qui leur sont passés dessus, des alliances sans queue ni tête, et des revirements à tout va.

Les mangas comme remède aux excès de la narration arthurienne.

La suite c'est par ici :

 

http://www.freakosophy.com/#!Les-mangas-comme-remède-aux-excès-de-la-narration-arthurienne/c112t/55748af50cf293eac801dba8

Partager cet article

Repost 0
Richard Mèmeteau
commenter cet article

commentaires